Le THD en France

Le déploiement des réseaux de nouvelle génération à très haut débit, principalement à partir de la fibre optique, représente un enjeu industriel et économique majeur pour la France, un levier pour la compétitivité des entreprises, un facteur essentiel d’attractivité des territoires et de développement de nouveaux services innovants.

Le déploiement de la fibre optique est le grand chantier d’infrastructures de ces prochaines années !

Plusieurs études ont d’ores et déjà démontré le caractère vertueux de ce chantier :

  • près de 20 000 emplois pourraient être mobilisés pour permettre le déploiement de la fibre dans le bâti (source : ATP fibre – Ambroise Bouteille & associés et IDATE),
  • un euro investi dans les infrastructures numériques génère six euros en matière de PIB (source : économie des télécoms 2013 – Arthur D. Little).

La France dispose, pour ce faire, d’une filière d’excellence « 100% française » comportant d’importants moyens en R&D et de production (50% de la fibre optique produite en Europe est française) et intégrant l’ensemble des composants passifs indispensables au déploiement d’infrastructures en fibre optique.

Les premiers déploiements de réseaux FttH (fibre jusqu’à l’abonné) ont commencé à partir de 2005 et se sont progressivement accélérés. Ils sont, à ce jour, très majoritairement portés par les opérateurs privés. 3,65 millions de logements sont éligibles aux offres FttH (+ 33% en un an) dont près de 894 000 sont situés en-dehors des zones très denses (source : observatoire de l’ARCEP).

Compte tenu des enjeux associés, l’Etat a lancé, au printemps 2013, le Plan France Très Haut Débit. Ce Plan vise à couvrir intégralement le territoire en Très Haut Débit d’ici 2022 et repose sur la mobilisation d’un investissement global de 20 milliards d’euros en dix ans (partagé entre les opérateurs privés et les collectivités territoriales).

L’Etat a prévu, dans les zones d’initiative publique, de soutenir financièrement les investissements des collectivités territoriales tant par le biais de subventions que de prêts bonifiés.

Stratégie gouvernementale pour le déploiement du Très Haut Débit

Présentation du Plan France Très Haut Débit

Dossier de presse du Plan France Très Haut Débit

Le Plan France Très Haut Débit repose sur l’action coordonnée des opérateurs privés et des collectivités territoriales.


Les opérateurs privés prévoient ainsi de couvrir, d’ici fin 2020, 57% de la population française en fibre optique :

  • ces déploiements seront réalisés sur fonds propres et représentent 6 à 7 milliards d’euros d’investissement,
  • ces déploiements concernent au total 3 600 communes et 15 millions de foyers,
  • les opérateurs ont conclu, dans les zones AMII, des accords de co-investissement permettant de mutualiser les réseaux.

Carte des déploiements des opérateurs privés (AMII)

Pour assurer cet objectif de coordination des initiatives privées et publiques poursuivi dans le cadre des différentes instances territoriales mises en place par les pouvoirs publics (SDTAN et CCRANT), le Plan France Très Haut Débit prévoit que les engagements des opérateurs et des collectivités territoriales soient formalisés par une convention signée entre l’Etat, les collectivités territoriales concernées et les opérateurs investisseurs.

Modèle de convention de programmation et de suivi de déploiement FttH

Les collectivités territoriales ont commencé à initier, pour couvrir les 43% de la population restante située dans les zones les moins denses, des Réseaux d’Initiative Publique (RIP) :

  • ces projets sont conduits à l’échelle régionale ou départementale et pourraient représenter un investissement de 13 à 14 milliards d’euros,
  • dix-huit mois après l’ouverture du guichet de financement de l’État, 77 départements se sont d’ores et déjà engagées dans un projet de réseaux initiative publique pour déployer près de 5 millions de prises FttH d’ici 2020 et investir plus de 8 milliards d’euros.

La coexistence à terme de réseaux privés et publics nécessitent l’engagement de travaux opérationnels afin de parvenir très rapidement à une standardisation du déploiement de la fibre optique.

Ces travaux reposent sur les travaux menés par :

  • le groupe Interop’ fibre : interopérabilité des réseaux FTTH par l’harmonisation des processus et des systèmes d’information,
  • le comité d’experts fibre : standardisation des ingénieries déployées en zones moins denses,
  • Objectif fibre : industrialisation du déploiement de la fibre optique.

Les commentaires sont clos.